accueilGratien Gélinas au fil des annéesPrincipaux repèresProfil biographique
Oeuvres publiéesAnimation et diffusionInstructions quant aux droitsPhoto officielle
Oeuvres publiées sur Gratien GélinasDes archives à explorerEnglish

La société Productions Gratien Gélinas gère les droits d’auteur de l’ensemble de l’œuvre de ce dramaturge depuis son décès.


Administration et
gestion des droits d’auteur

anne-marie@amsicotte.com

 

Grand-père du théâtre québécois, Gratien Gélinas occupe une position unique dans l’histoire culturelle du Canada. Ses personnages bien de chez nous, ses succès retentissants et son acharnement à constituer pour le Québec une dramaturgie nationale ont fait de lui un créateur important, un véritable défricheur.

Son don pour la comédie le conduit jusqu’à l’écriture d’une série radiophonique qui propulse son personnage principal, Fridolin, dans le firmament des célébrités. Ce créateur doté d’une énergie peu commune devient la première grande vedette de la scène québécoise. Stimulé par ce succès, il écrit et produit sur scène la série des neuf grandes revues musicales Fridolinons entre 1938 et 1946.

À la fin des années 1940, il caresse l’ambition d’écrire une pièce de théâtre, qui deviendra Tit-Coq, la première pièce véritablement canadienne-française qui soit passée à la postérité. Viendront ensuite Bousille et les justes, qu’il considère comme sa meilleure pièce, ainsi que Hier, les enfants dansaient, résolument moderne.

Après avoir collaboré à l’essor du septième art au pays en présidant Téléfilm Canada, Gélinas retrouve le goût d’écrire une pièce. La Passion de Narcisse Mondoux sera son chant du cygne : victime de sénilité, il s’éteint en 1999. Ses pièces de théâtre et ses grands spectacles sur scène sont régulièrement joués par les troupes contemporaines, et de nombreux élèves étudient ses textes à l’école. Créateur fascinant par sa complexité et sa profonde humanité, metteur en scène doué et auteur de premier plan, Gratien Gélinas est l’un des géants de l’histoire des arts au pays.

 

Gratien Gélinas au fil des années

 

1929    Attiré depuis toujours vers le théâtre, Gratien Gélinas est conscient de la quasi impossibilité d'y faire carrière en ces années difficiles. Forcé d’interrompre ses études classiques au Collège de Montréal en raison de la Crise, il entre à l'emploi d'une société d'assurances, d'abord comme teneur de livres, puis comme publicitaire.

              Parallèlement, il fonde avec quelques camarades la troupe des Anciens du Collège de Montréal. Gratien Gélinas y fait également ses premières armes comme animateur et comme monologuiste pendant les entractes.

1933    Gratien Gélinas se joint au Montreal Repertory Theatre qui, sous la direction de Martha Allan, groupe plusieurs des comédiens non-professionnels les plus expérimentés de la métropole.

1934    Après avoir participé à quelques émissions isolées, notamment à Radio-Canada, il fait au poste CKAC ses véritables débuts comme comédien à la radio dans Le Curé de Village, de Robert Choquette.

1935    Gélinas obtient son premier succès auprès du grand public comme monologuiste dans la revue de Louis Francoeur et de Jean Béraud, Télévise-moi ça!, jouée à Montréal au Théâtre Saint-Denis.

1936    Il reçoit son baptême du cinéma parlant en tenant, à New York, la vedette d'un film publicitaire d'une heure tourné pour le compte d'une société commerciale.

1937    Il crée, à la radio de CKAC, le personnage de Fridolin, dans une série d'émissions dont il écrit les textes et qui a pour titre Le Carrousel de la gaieté. Le succès rapide de ce programme lui offre l'occasion inespérée de quitter son emploi à la société d'assurances. Fridolin règnera sur les ondes pendant trois années consécutives; son émission deviendra, pour les deux saisons suivantes, Le Train de Plaisir.

1938    Il porte à la scène le personnage de Fridolin dans la revue d'actualités Fridolinons. Jusqu’en 1946, avec un succès croissant et inégalé, Gratien Gélinas offrira au public de Montréal et de Québec cette revue humoristique annuelle.

1939    Proclamé le comédien le plus populaire de l'année, il reçoit la première médaille d'or décerné par le journal Radiomonde, de Montréal.

1942    Gratien Gélinas écrit et met en scène le film La Dame aux Camélias, la vraie, parodie de l'oeuvre de Dumas, dont il tient la vedette dans son personnage de Fridolin. Ce court métrage, présenté au cours de la revue Fridolinons '43, est le premier film parlant de fiction réalisé en couleurs au Canada.

1945    À Montréal et à Chicago, Gélinas partage la vedette avec Myriam Hopkins dans St. Lazare's Pharmacy, de Miklos Laszlo, sous la direction d'Eddie Dowling.

1948    Le 22 mai, création de Tit-Coq, première pièce de Gratien Gélinas, au Monument National. En raison de la saison avancée, le spectacle n'est donné que pour quelques représentations à Montréal et à Québec, avant la relâche d'été. En octobre, la pièce est reprise au Théâtre Gésu et se jouera sans interruption jusqu'au début de juin de l'année suivante.

1949    Le 29 janvier, centième représentation de Tit-Coq.  Le maire de Montréal, M. Camilien Houde, M. Maurice Duplessis, premier ministre du Québec, Mgr Joseph Charbonneau, archevêque de Montréal et de nombreuses personnalités assistent à la soirée de gala qui marque cet événement sans précédent dans l'histoire du théâtre au Canada. Gélinas reçoit alors le Grand Prix de la Société des Auteurs dramatiques de Montréal.

            À l'occasion de la cent-cinquantième représentation de Tit-Coq, donnée par exception à l'Université de Montréal, cette institution décerne à l’auteur le premier doctorat honorifique jamais accordé au Canada à un homme de théâtre.

1950    Une version anglaise poursuit la carrière de la pièce. Cette présentation de Ti-Coq, par la même compagnie de comédiens québécois dans les deux langues officielles du pays, constitue un autre précédent au Canada.

1951    Après sa carrière en anglais à Montréal, Ti-Coq est présenté à Toronto, à Chicago et à New York. Une longue tournée bilingue s’ensuit. La troupe de Gélinas donne ainsi un total de 542 représentations, un record pour le pays tout entier.

1952    Gélinas porte Tit-Coq au grand écran. Il produit lui-même le film, dont il partage la mise en scène avec René Delacroix.

1954    Gélinas fait une saison de télévision, comme auteur et vedette de la série Les Quat'fers en l'air, à Radio-Canada.

1955    Il écrit sa dixième revue d'actualités, qui fait revivre le personnage de Fridolin et qu'il présente au début de l'année suivante au Théâtre Orphéum, de Montréal, sous le titre de Fridolinons '56.

1956    À Stratford, en Ontario, Gratien Gélinas reprend le rôle du Dr. Caius dans The Merry Wives of Windsor, sous la direction de Michael Langham. Il joue également le roi Charles VI dans Henri V, aux côtés de Christopher Plummer dans le rôle-titre. En fin de saison, la compagnie est invitée au Festival International d'Edimbourg.

1957    Gélinas rend publique sa décision de fonder un organisme théâtral qui se donnera comme mission première de contribuer, par la création d'œuvres canadiennes, à l'établissement d'une identité nationale dans les arts de la scène. Dans ce but, il achète et rénove l'ancien théâtre Gayety, à Montréal, avec l'aide du gouvernement du Québec et de la Brasserie Dow. Il en fait la Comédie Canadienne, dont il devient le directeur.

1959    Création à la Comédie Canadienne de Bousille et les Justes, deuxième pièce de Gratien Gélinas, qui y joue le rôle de Bousille et qui fait la mise en scène en collaboration avec Jan Doat. La pièce connaît une carrière de plus de 300 représentations, en anglais et en français, dans 26 villes du Canada, notamment au Festival International de Vancouver, ainsi qu'à la Foire Mondiale de Seattle (Etats-Unis) comme présentation officielle du Canada.

1964    Gélinas présente, à la Comédie Canadienne, une onzième revue d'actualités, Le Diable à quatre, dont il tient la vedette et qu'il met en scène.

1965    Diffusion télévisée de Bousille et les Justes en Angleterre, en Écosse et en Irlande du Nord par la BBC. Présentation à la scène en Finlande. Adaptation pour la Tchécoslovaquie et l'Allemagne.

1966    Création à la Comédie Canadienne d'une troisième pièce de Gélinas: Hier, les enfants dansaient, dont il fait la mise en scène, et où son fils Yves tient la vedette.

1967    Création en anglais de Yesterday the Children Were Dancing dans une traduction et une mise en scène de Mavor Moore, au Festival de Charlottetown, I.P.E.

1969    Gélinas est nommé président de la Société de développement de
          l'industrie cinématographique canadienne (future Téléfilm Canada).
          Il y restera jusqu’en 1978.

1972    En mai, Gélinas cède au Théâtre du Nouveau-Monde, de Montréal, ses intérêts dans le théâtre de la Comédie Canadienne.

1975    M. Gélinas fait la mise en scène d'une reprise de Bousille et les Justes à la Nouvelle Compagnie Théâtrale, de Montréal. L’année suivante, cette production se poursuit à la Compagnie Jean Duceppe (Montréal), au Théâtre du Trident (Québec), au Centre National des Arts (Ottawa), et enfin au Théâtre Populaire du Québec. Avec un total de 567 représentations professionnelles, Bousille et les Justes bat le record que détenait jusqu'ici, pour tout le pays, Tit-Coq.

1980    Après deux années de révision et de compilation, publication aux Éditions Quinze de Les Fridolinades 1945-1946, premier d'une série de quatre volumes présentant les textes des revues Fridolinons!

1983   Gélinas joue dans le long métrage Bonheur d'occasion, de Gabrielle Roy, réalisé par Claude Fournier.

1984    Gélinas joue dans le long métrage de Norman Jewison Agnes of God, avec Jane Fonda et Ann Bancroft.

1986    Le 29 septembre, création à Toronto, par le Théâtre du Petit Bonheur, de la quatrième pièce de Gélinas, La passion de Narcisse Mondoux. Elle est interprétée par Huguette Oligny et l’auteur, dans une mise en scène d'Yvette Brind'Amour.

1987    Le Centre national des Arts présente à Ottawa un spectacle constitué d'extraits des revues de Fridolin créées entre 1938 et 1946, dans une mise en scène de Denise Filiatrault. Le spectacle est repris à Montréal au théâtre du Rideau-Vert et à Québec par le Trident.

Gélinas participe au tournage de Les Tisserands du Pouvoir, deux longs métrages et une série de six heures de télévision mise en scène par Claude Fournier.

1988    Pendant que La Passion de Narcisse Mondoux continue sa carrière en français, la pièce est traduite en anglais par Linda Gaboriau et l'auteur. The Passion of Narcisse Mondoux est créée en anglais à Chester, Nouvelle-Écosse, par la même distribution. La pièce est jouée pour la 200e fois à Québec le 8 octobre.

1989    En novembre, le Rideau-Vert produit un deuxième spectacle tiré de Fridolinons !, toujours mis en scène par Denise Filiatrault. Ce spectacle est ensuite repris en tournée à travers le Québec et connaît un succès public qui dépasse le premier.

1991    En février, Huguette Oligny et Gratien Gélinas jouent au St. Lawrence Centre for the Arts, à Toronto, la 500e de La Passion de Narcisse Mondoux au terme d'un mois de représentations dans cette ville. Six cent trente représentations auront été données au terme de la tournée. Dès lors, âgé de 82 ans, Gélinas met un terme à ses activités artistiques.

1999    16 mars : décès de Gratien Gélinas.