accueilGratien Gélinas au fil des annéesPrincipaux repèresProfil biographique
Oeuvres publiéesAnimation et diffusionInstructions quant aux droitsPhoto officielle
Oeuvres publiées sur Gratien GélinasDes archives à explorerEnglish

La société Productions Gratien Gélinas gère les droits d’auteur de l’ensemble de l’œuvre de ce dramaturge depuis son décès.


Administration et
gestion des droits d’auteur

anne-marie@amsicotte.com

 

Grand-père du théâtre québécois, Gratien Gélinas occupe une position unique dans l’histoire culturelle du Canada. Ses personnages bien de chez nous, ses succès retentissants et son acharnement à constituer pour le Québec une dramaturgie nationale ont fait de lui un créateur important, un véritable défricheur.

Son don pour la comédie le conduit jusqu’à l’écriture d’une série radiophonique qui propulse son personnage principal, Fridolin, dans le firmament des célébrités. Ce créateur doté d’une énergie peu commune devient la première grande vedette de la scène québécoise. Stimulé par ce succès, il écrit et produit sur scène la série des neuf grandes revues musicales Fridolinons entre 1938 et 1946.

À la fin des années 1940, il caresse l’ambition d’écrire une pièce de théâtre, qui deviendra Tit-Coq, la première pièce véritablement canadienne-française qui soit passée à la postérité. Viendront ensuite Bousille et les justes, qu’il considère comme sa meilleure pièce, ainsi que Hier, les enfants dansaient, résolument moderne.

Après avoir collaboré à l’essor du septième art au pays en présidant Téléfilm Canada, Gélinas retrouve le goût d’écrire une pièce. La Passion de Narcisse Mondoux sera son chant du cygne : victime de sénilité, il s’éteint en 1999. Ses pièces de théâtre et ses grands spectacles sur scène sont régulièrement joués par les troupes contemporaines, et de nombreux élèves étudient ses textes à l’école. Créateur fascinant par sa complexité et sa profonde humanité, metteur en scène doué et auteur de premier plan, Gratien Gélinas est l’un des géants de l’histoire des arts au pays.

 

 

Gratien Gélinas: La Ferveur et le doute, Montréal, VLB éditeur, 2009.

À une époque où l’expression « théâtre québécois » ne suscitait qu’incrédulité et railleries, Gratien Gélinas a posé les bases d’une dramaturgie nationale. Dans cette biographie de son grand-père, Anne-Marie Sicotte s’appuie sur une documentation abondante mais aussi sur ses souvenirs personnels pour débusquer l’homme, tantôt adorable et tantôt détestable, qui se cache sous les personnages. Elle révèle ainsi un être complexe, marqué à jamais par une enfance difficile à la source de son engagement d’artiste, de même que des doutes qui ont freiné son élan créateur.

Cet homme ne jubilait jamais autant que lorsqu’il était sur scène, lorsqu’il avait mille paires d’yeux rieurs ou humides fixés sur lui; cependant, il était hanté par l’échec. Les vicissitudes de son enfance auraient pu le terrasser, mais au contraire, elles l’ont propulsé dans sa passion, celle du spectacle. Pour Gratien, les planches sont devenus une véritable arène, où il jouait le combat de sa vie. Car sur scène, il laissait s’épanouir toutes ses personnalités contradictoires : le comédien qui donnait vie à de magnifiques et touchants personnages, mais aussi le directeur d’acteurs tyrannique. Le producteur généreux, mais aussi l’auteur angoissé et orgueilleux.

Le plus insolite dans cette destinée hors du commun que fut celle de Gratien Gélinas, c’est que l’extrême fragilité que ce créateur portait en lui-même est devenue sa plus grande force, ce moteur lui permettant de transcender son existence prévisible de Canadien français « sans histoire et sans littérature ». Cette culture imposée par d’autres nations, et enseignée comme la culture suprême, Gratien l’a refusée comme sienne; avec une rare énergie, il a voulu laisser s’exprimer et se définir sur la place publique une autre culture, la vraie. Fridolin et Tit-Coq étaient des héros, mais canadiens, vivant dans la réalité du pays et s’exprimant dans sa langue. À ses compatriotes, ce créateur a offert de précieuses lettres de noblesse.

Page web chez VLB éditeur : http://www.edtypo.com/ficheProduit.aspx?codeprod=348836

 

Gratien Gélinas : Un p’tit comique à la stature de géant, Montréal, VLB éditeur, 2009.

Pour célébrer le centième anniversaire de naissance de ce p’tit Montréalais, la plus grande vedette du Canada français tout entier pendant un quart de siècle, Anne-Marie Sicotte a rassemblé les documents visuels les plus beaux et les plus significatifs, qui témoignent éloquemment d’une vie entière consacrée aux arts de la scène. Photographies et croquis d’artistes, extraits de sa correspondance et de son journal de création forment le portrait saisissant de celui qui fut le Roi des Amuseurs, mais aussi un homme au cœur fragile. De Saint-Tite à Broadway, son existence fut une fabuleuse odyssée!

Page web du livre chez VLB éditeur : http://www.edvlb.com/ficheProduit.aspx?codeprod=348207

 

Gratien Gélinas: Du naïf Fridolin à l’ombrageux Tit-Coq, Montréal, collection Les Grandes Figures, XYZ éditeur, 2001.

Dans ce roman biographique, Anne-Marie Sicotte retrace les principaux jalons de la vie tumultueuse de Gratien Gélinas. Tout en mettant en scène les principaux moments de sa carrière, elle insiste sur le fait que hors de la scène, ce passionné des planches avait de la difficulté à être, tout simplement. Pour ses proches, cela a eu une triste conséquence : il leur a fallu accepter de vivre aux côtés d’un homme qui se donnait à des étrangers, alors qu’il gardait une nette réserve avec eux... Artiste à la personnalité complexe, perclu de contradictions, Gratien s’y révèle dans sa poignante humanité.

Page web aux Éditions XYZ : http://www.editionsxyz.com/catalogue/69.html